Perspectives

Le mouvement des femmes kurdes a développé ses propres concepts, comme la “théorie de la séparation” (appelé également “divorce total”) qui implique une volonté de rupture radicale avec le système de l’État-nation patriarcal, capitaliste et colonial ; “tuer le mâle dominant” qui implique la transformation de la société pour libérer les individus de la mentalité patriarcale et d’oppression ; “hevjiyana azad” qui aspire à l’établissement d’une coexistence libre entre les individus ; et “Xwebûn” qui aspire à se retrouver et être soi-même. Tous ces concepts ont un lien indissociable avec une conception écologique, sociale et révolutionnaire de la liberté et le retour vers la nature, la vie communale et la libération des genres. L’idéologie de la libération est la base du Mouvement des femmes kurdes. Elle se traduit par la nécessité du Welatparezî *, l’organisation et la lutte (autonome des femmes), la libre-pensée (en opposition à la mentalité patriarcale et la pression qu’elle exerce sur les femmes), l’éthique et l’esthétique (la cohérence entre les valeurs révolutionnaires et la forme qu’on leur donne).

 

Welatparezî : La traduction de ce mot en langue kurde serait “patriotisme”, cependant le terme français porte des connotations patriarcales et nationalistes absentes du concept kurde. Littéralement, “welatparezî” signifie “protéger le pays”, entendu comme l’environnement, la culture et les origines d’où l’on vient.