AMARGÎ : Retour à la Mère de la Liberté. Appel du 8 mars.

La liberté n’est pas quelque chose que vous pouvez obtenir gratuitement, ce n’est pas quelque chose que quelqu’un vous donne ! Dans chaque pays, chaque peuple, chaque religion – les femmes ont été opprimées. C’est la femme qui a créé la vie et l’être social, qui a sorti l’humanité des ténèbres et qui l’a mise en lumière en apportant le langage, la science et l’art à la société.

Mais aujourd’hui, elle est réduite au silence, coupée de l’art et de l’histoire. Pour retrouver la liberté, il faut redécouvrir notre essence, nos racines. Nous retournerons à l’endroit où nous avons perdu notre liberté. Pour revenir – Amargî – il faut lutter.

Le mot « Amargî » est sumérien. On sait qu’avec ce mot, la recherche de la liberté perdue s’est exprimée pour la première fois dans l’existence humaine.

L’humanité opprimée aspire à l’égalité de la société matricentrée. C’est pourquoi Amargî signifie « revenir à la mère ». La lutte des femmes a commencé avec Amargî – et continue avec Amargî.

Notre camarade Amargî Çiya, avec l’héritage de son nom, lutta vigoureusement pour la liberté. Elle était la fille de la terre d’Afrin. Elle a pris position en première ligne avec beaucoup d’espoir pour la protection de sa terre, où se déroule aujourd’hui « la résistance du siècle » pour la défense des valeurs des femmes et de l’humanité. Elle était l’une des femmes militantes et héroïques qui, comme Barîn Kobane et Avesta Xabûr, luttait pour la protection de la révolution des femmes et de leur peuple. Elle l’a fait pour que l’histoire du pouvoir et de l’oppression devienne l’histoire des femmes et des peuples opprimés depuis trop longtemps, l’histoire de l’humanité qui se libère de ses chaînes. La camarade Amargî a donné sa vie pour son amour infini de la vie libre. Notre courageuse camarade est devenue l’une des flammes de la résistance qui ont gravé leurs noms dans l’histoire et dont l’écho sera éternel. Elles nous montrent le chemin de la lutte. Depuis le début de l’humanité, ces flammes de résistance ont illuminé la lutte pour la liberté. Jusqu’ à ce jour leur lumière continue. Si nous regardons en arrière dans le passé, nous pouvons voir comment elles ont traversé le temps et l’espace.

L’un de ces événements s’est produit le 8 mars 1857. A New York, 129 travailleuses se sont levées contre leur exploitation dans les usines textiles. Dans une attaque atroce des oppresseurs, elles furent brûlées vives à l’intérieur de l’usine. Pour poursuivre la lutte de ces femmes, en 1910, sur proposition de la socialiste Clara Zetkin, la commémoration du massacre des femmes travailleuses en lutte a été proclamée Journée internationale des femmes. La lutte des femmes dans le monde s’est ensuite développée, organisée et a atteint une nouvelle étape : les femmes ont mis leurs droits politiques, sociaux, économiques, éducatifs et sanitaires, ainsi que leur droit d’être elles-mêmes, à l’ordre du jour mondial. Elles sont devenues la force motrice des révolutions dans le monde entier.

Avec cet héritage historique, la révolution des femmes en Syrie du Nord se concrétise depuis 2012 jusqu’à aujourd’hui. Le projet d’une société démocratique, écologique et de la libération des femmes se concrétise sur cette terre. Les gens commencent à prendre leur propres décisions à propos de leurs problèmes, à mettre leur volonté en pratique et à construire une vie communautaire sur le chemin de la liberté. Les racines et la force de cette révolution viennent de la force et de la culture des femmes. Lorsque nous regardons l’histoire de l’oppression, le rôle central de l’esclavage des femmes devient plus clair. Avec elle, toute la mentalité de la civilisation fut placée sous la logique de l’esclavage. Par conséquent, la société ne sera libre que si les femmes sont libres.

Mais des attaques atroces ont eu lieu contre ce projet. L’organisation fasciste Daesh, résultat de la mentalité oppressive et patriarcale, a attaqué consciemment des lieux qui maintiennent la culture et l’histoire des femmes. Dans le nord de la Syrie, contre ces attaques, l’autodéfense des femmes et du peuple ne s’est pas rendue et a lancé une résistance sans précédent dans cette région contre Daesh, l’emportant jusqu’à son dernier souffle.

Alors que sa chute était plus qu’évidente, l’Etat fasciste turc, plutôt que de continuer de soutenir Daesh, a commencé à agir directement par lui-même en déclenchant une guerre intense à Afrin, le 20 janvier 2018. L’État turc, ainsi que ses alliés de Daesh et Al-Qaida, ont attaqué dans un but d’occupation et de  » nettoyage ethnique » toutes les personnes luttant pour la liberté. Il veut détruire la fraternité, la sororité des peuples et l’extension de cet esprit de liberté et de résistance.

Parce qu’Afrin est l’un des berceaux de l’évolution de l’être humain vers l’être social, c’est la base et la source de la civilisation démocratique qui se cache dans son sol fertile et rouge. Afrin est le temple de l’histoire et de la culture des femmes.

En tant que femmes du monde entier qui marchons sur le chemin de la liberté, nous ne laisserons jamais s’éteindre notre volonté d’une vie libre – notre Amargî. Avec nos pensées, nos paroles et nos actions, nous maintiendrons en vie l’esprit de résistance aujourd’hui pour assurer un lendemain.

Cette guerre menée contre les valeurs de l’humanité et l’auto-administration d’une société libre est une guerre contre nous toutes. Par conséquent, nous devons toutes comprendre que cela affectera nos vies dans le monde entier. L’avenir d’Afrin est notre avenir. Sachant que c’est l’essence des femmes qui est attaquée à Afrin, en tant que femmes de tous les peuples et de toutes les régions du globe, nous devons nous unir mondialement à cette résistance et nous soutenir mutuellement.

Le 8 mars 2018, nous ferons trembler le monde du pouvoir et de l’oppression. Par le biais de différentes actions et d’une voix multiple, nous exprimerons et mettrons en pratique notre AMARGÎ tant attendue !

C’est pourquoi le 5 mars, des femmes de tous les peuples de la Fédération Démocratique de la Syrie du Nord commenceront une marche pour rejoindre nos sœurs d’Afrin le 8 mars.

Nous appelons toutes les femmes du monde à rejoindre notre marche !

Venez protéger votre avenir !

Partout dans le monde, élevez la lutte des femmes de la manière la plus créative !

Où que vous soyez, levez-vous !

Les femmes se soulèvent pour Afrin! – Women rise up for Afrin!

 

Académie de Jineolojî, Rojava

04/03/2018

Télécharger le PDF de l’appel AMARGÎ