« Une science développée autour des femmes est le premier pas vers une sociologie correcte »*

Comme l’ont énoncé les sciences, la politique, l’éthique et beaucoup d’autres institutions sociales, le 21ème siècle sera celui du triomphe de la liberté de la femme. Ce constat s’appuie sur le soulèvement de luttes de femmes dans différentes régions du monde, et en particulier au Kurdistan. La lutte des femmes pour la liberté est devenue une dynamique motrice principale dans le développement de la liberté sociale. Alors que la liberté de la femme, en tant qu’indicateur de la liberté de la société dans son ensemble, est parvenue au point de pouvoir progresser plus que jamais, il est temps de donner une expression scientifique à toutes les valeurs sociales qui en découlent.

La science de la femme – la Jineolojî – se définit comme une science sociale correspondant à l’air du temps. L’origine du mot Jineolojî est kurde. Il provient des mots Jin, femme, et Lojî, science. C’est le leader du peuple kurde, Abdullah Öcalan, qui l’utilisa pour la première fois dans son livre Sociologie de la Liberté, paru en 2008. Il expliqua alors pourquoi nous avions besoin de ce concept :

Les lignes qui se réfèrent à la femme dans le discours masculin, laissant ses marques sur les sciences sociales comme sur tout autre champ scientifique, portent des approches propagandistes qui ne correspondent absolument pas à la réalité. Le vrai statut des femmes est ainsi masqué au moins quarante fois avec ces discours, tout autant que le font les histoires de civilisation avec les classes, l’exploitation, l’oppression et la torture. Plutôt que celui de féminisme, le concept de Jineolojî (la science de la femme) peut être plus approprié pour atteindre ce but.

(Sociologie de la Liberté, Abdullah Öcalan)

Cette conceptualisation a provoqué des discussions importantes au sein du le Mouvement de libération de la femme du Kurdistan. Une fois ces discussions ayant atteint un certain niveau, un groupe de travail – qui jouera un rôle fondamental dans l’établissement de la Jineolojî – fut créé lors du 8ème congrès du Parti de la liberté de la femme du Kurdistan (PAJK). Plutôt que d’être un groupe de recherche étroit, cette unité travaillait dans la perspective de transmettre le discours de la science de la femme à la société. Le processus de discussion a d’abord commencé dans les académies des montagnes du Kurdistan et il s’est graduellement répandu à la société.

* Sociologie de la Liberté, Abdullah Öcalan

JINEOLOJI