Jineolojî et Éducation

Si l’éducation est le transfert des expériences vécues et des connaissances transmises localement aux nouvelles générations par la société, le premier enseignant du peuple est la nature. La nature s’est créée au travers du développement évolutif de l’univers pendant des millions d’années. Une personne qui s’est développée au cours de ce processus a tracé un itinéraire dans l’aventure de l’être humain en connaissant la nature, en apprenant sa langue, en écoutant ses avertissements, ses leçons et en ressentant tout cela. Les femmes ont été les premières apprenties de la nature et les premières enseignantes de la société. Elles se sont éduquées et ont éduqué hommes et enfants. Les femmes n’ont jamais oublié leur rôle d’apprentie de la nature et d’enseignante mère de la société sur le long et difficile chemin de cette aventure sociale. Comme elles n’ont pas nié la source de leurs connaissances, les moyens d’apprentissage, la sainteté de l’enseignement, les femmes ont toujours su pour qui, quoi, comment et quand enseigner.

L’objectif de la Jineolojî est de rendre ce concept de « perwerde » [1]  vital, qui exprime la nature et l’essence de l’acte d’éducation, et de vivre selon le sens de ce concept. En d’autres termes, le sens de « perwerde » est le suivant : protéger en particulier les enfants et les jeunes du système éducatif monstrueux de la modernité capitaliste, les éduquer avec amour, le respect et les élever avec la philosophie de la liberté et des valeurs sociales. De plus, permettre aux enfants et à toute la société de prendre en charge la création et la gestion de leur vie.

Comme condition préalable à l’établissement d’une société éthico-politique, la Jineolojî développera tout type d’effort théorique et académique pour soutenir la construction d’institutions d’éducation sociale. La Jineolojî doit examiner en profondeur les activités éducatives afin de créer ses propres champs d’activisme et d’association. Le domaine de l’éducation est devenu un besoin vital dans tous les domaines de la vie sociale. Il est lié à la question de l’existence-inexistence, et il a besoin d’être amélioré avec la perspective de la Jineolojî. En tant que premières apprenties de la nature, les femmes peuvent porter l’accumulation théorique et scientifique de la modernité démocratique seulement avec un système d’éducation extrêmement complet dans les domaines de l’économie, l’écologie, la démographie, la politique, l’éthique-esthétique, la santé, l’histoire et d’autres domaines qui pourront être nécessaire dans le futur. Si les femmes, avec l’ensemble de la société, parviennent à établir un système d’éducation alternatif, elles devront également sauver les cerveaux qui ont déjà été massacrés par le système capitaliste et acquérir des connaissances utiles et une nouvelle compréhension. Afin de créer ce changement et cette transformation, la Jineolojî a besoin de développer une compréhension et un style éducatif particuliers, qui seront connectés aux autres champs particuliers de la Jineolojî. Tout en développant un système d’éducation alternative, la Jineolojî utilise des expériences historiques en accord avec la nature de la société, ses conditions et ses besoins uniques.

[1] Mot kurde pour l’éducation en relation avec des expressions qui signifient «enseigner à s’envoler» et «à aimer».

JINEOLOJI